Profession galeriste : Passer à la vitesse supérieure (Juin 2016)

Objectif : analyser les conditions du succès d’une galerie au 21e siècle pour conduire le développement de sa galerie.

Date : lundi 6 juin 2016 (9h/17h), Paris (centre)

Contenus :
1/ Historique :
Comment est né et s’est développé le marché de l’art en Europe ?
2/ Théorique :
Aujourd’hui quelles sont les conditions du succès d’une galerie. À l’échelle nationale ? À l’échelle internationale ? Panorama des succès, analyse des méthodes et moyens mis en œuvre.
3 / Pratique :
Dialogue avec un galeriste parisien, passé en vingt-cinq ans de la défense de jeunes artistes méconnus à un travail sur le second marché, à une échelle internationale. Est-ce la seule voie possible ? Grandir en même temps que ses artistes n’est-il pas un autre chemin possible, et autrement royal ?

Déroulement :
9h15 : Histoire du marché de l’art jusqu’au 20e siècle
10h 20  : Grands marchands et logiques nouvelles à partir de 1945 en Occident
Pause café
11h25 : être galeriste au 21e siècle : formations, relations, liens avec les salles des ventes, les autres galeries, les grands collectionneurs, rôle des foires, de la presse, de l’Internet, etc.
12h30 : Pause Déjeuner
13h30 : Étude de cas : Emmanuel Perrotin, Kamel Mennour, Larry Gagosian… Comment ce sont développées les galeries installées à Paris et possédant les plus gros chiffres d’affaires en la matière ? La dimension internationale est-elle incontournable ?
14h20 : Étude de cas “en direct”  du marché des jeunes artistes aux salles des ventes chinoises, par Olivier Vanuxem
Pause café
15h15 : Débat/table-ronde : inventer la galerie de l’avenir.
16h00 : Synthèse de la journée et questions diverses des stagiaires
17h00 : fin de la journée de formation

Supports pédagogiques :
Le journée se présente sous la forme de temps de conférences, alternant à tout moment avec les interventions des stagiaires sous la forme de questions, auxquelles l’intervenant apportera les réponses possibles.

Les animateurs de la session : Henri-François Debailleux et Olivier Vanuxem

Critique d’art pour le magazine Libération durant trente-deux ans, Henri-François Debailleux écrit aujourd’hui dans Le Journal des arts et dans L’Œil, en s’intéressant particulièrement aux questions liées au marché de l’art. À ce propos, il a donné de nombreuses conférences, en particulier à l’ICART (Paris). Commissaire d’exposition et auteur de nombreuses préfaces de catalogues, il voyage dans le monde entier, en Asie notamment.

Galeriste dans le 8e puis le 6e arrondissement à Paris trente années durant, Olivier Vanuxem a également enseigné à l’ICART, où il a donné des cours consacrés au marché de l’art.
Si sa galerie est fermée depuis l’an dernier, il continue à acheter et à vendre des œuvres muséographiques, en travaillant essentiellement sur l’Internet et grâce aux réseaux qu’il a constitués.